Skip to main content
Médiation

Quelle est la définition d’un médiateur ?

By 12 décembre 2021mai 23rd, 2022No Comments

Les situations conflictuelles existent. Elles font même partie de la vie. Quelle solution envisager ? Le médiateur professionnel, parce qu’il est un intermédiaire et qu’il est un expert de la qualité relationnelle peut vous aider.

Mais quel est son rôle ? Que fait-il exactement ?

Un médiateur aide deux personnes en conflit à en sortir. On les appelle les « parties au conflit ».

Il aide à rétablir le dialogue entre elles pour qu’elles réfléchissent et trouvent, par elles-mêmes une solution qui les satisfasse toutes les deux.

Le médiateur professionnel a été formé sérieusement à un processus exigeant et structuré.

Définition du médiateur : il aide à trouver une issue au conflit

Parfois les émotions débordent… la colère, la frustration, ou bien la jalousie, la peur ont envahi l’esprit et on ne parvient plus à les dépasser ou les comprendre. Elles peuvent enfermer, couper des autres et changer même notre comportement. On peut devenir impatient, agacé, et se transformer en accusateur. Un conflit, c’est beaucoup de souffrance. Des émotions non reconnues, non comprises ni exprimées peuvent amener quelqu’un à imaginer que l’autre lui en veut, qu’il cherche à lui nuire… Cette situation d’adversité peut pousser une partie à abandonner sa position, à se résigner et à subir… L’autre partie peut alors s’installer dans la domination. Tout est réuni pour créer une situation conflictuelle.

La définition du médiateur : image d'une femme qui cherche une solution entre deux messieurs en conflit

Pourquoi avoir recours à un médiateur ?

Parce qu’un médiateur répond – normalement – à toutes ces garanties.

  • Il est impartial : il ne prendra parti ni pour l’un, ni pour l’autre. Il est d’ailleurs normalement attaché à un code de déontologie qu’il doit respecter.
  • Il est neutre quant à la solution que trouveront les parties. Il n’a aucun jugement à avoir sur ce qu’elles choisissent – en toute liberté.
  • Il est indépendant. Il n’agit ni en tant que juriste ni en tant que psychologue. Il ne fait pas non plus la morale.
  • Enfin, et c’est très important, tous les échanges qu’il a avec l’un ou l’autre sont strictement confidentiels.

Ce cadre de sécurité, très strict permet de sortir d’une situation conflictuelle. C’est ce que je vous propose en tant de médiatrice, formatrice et coach professionnelle. 

La définition du médiateur : on a recours à lui en cas de conflit

Le conflit : image de deux buffles combattant

Qu’est-ce qu’un conflit ? C’est une relation qui s’est dégradée. C’est donc bien un mode de relation ! Nous connaissons tous des couples qui sont en conflit depuis des années et qui n’en sortent pas. C’est une façon d’être en relation, certes inconfortable et peu satisfaisante. Parce que les personnes ne savent pas comment faire autrement, elles restent dans ce mode de fonctionnement.

Le mot vient du latin conflictus. Il signifie « lutte, combat » et de confligere qui signifie « heurter », « se heurter ».

Un conflit ne se réduit pas à une crise, ni à un contentieux, ni à un litige. Et il est davantage qu’un simple différend.

Le différend

Un « différend », c’est une forme de désaccord sur des opinions ou des questions d’intérêt. On peut ne pas être d’accord, se disputer car nos points de vue sont opposés, et pour autant ne pas être en conflit. Le différend fait partie des débats et des échanges.

La crise

Quant à elle, la « crise » entre deux personnes est spontanée et normalement de courte durée. Alors qu’un conflit peut durer des années. Elle peut être plus ou moins violente. Le conflit comme la crise sont forts en émotions.

Le contentieux

Quand on évoque un conflit au sens juridique du terme, on emploie parfois le terme de « contentieux ». Ici, une action en justice a été formée par l’un des protagonistes. Si un tribunal a été saisi, le contentieux désigne cette action judiciaire.

Le litige

Le « litige » concerne également des questions d’interprétation du droit. Il mêle ou non des aspects techniques. Par exemple, je peux avoir un litige avec mon voisin parce qu’il ne reconnaît pas le dégât des eaux qu’il a provoqué dans le plafond de mon salon. Comme il ne veut pas en discuter avec moi, je me sens contraint de saisir mon assurance. Celle-ci va « chiffrer » le montant des dégradations. L’aspect technique, c’est l’ensemble des questions techniques et matérielles que soulève la détérioration de mon plafond (dommages matériels par exemple, chiffrage des réparations, etc.).

Vous voyez que d’une simple dégradation de notre relation, nous sommes passés à une dimension « technique » de notre conflit…. Ensuite, si je décide de saisir un avocat, il pourra invoquer la responsabilité de mon voisin dans les dommages causés dans mon appartement. Le litige prend alors une dimension juridique ; et judiciaire si un tribunal est saisi.

Le système judiciaire ne ramène pas la « paix sociale », la médiation oui

La système judiciaire versus la médiation. Image de marteau de président ou petit maillet de bois

Charles Péguy écrivait : « Le droit ne fait pas la paix, il fait la guerre ».

Observez le vocabulaire guerrier de la justice : on y parle d »égalité des armes », d' »adversaire », d »un « gagnant » et d’un « perdant ». Ce sont des mots qui ajoutent au mécontentement. Une procédure judiciaire peut durer 7, 8 ans… et en réalité, ce qu’on obtient n’est pas forcément ce qu’on désirait vraiment. Parfois une partie est emportée par la bataille du procès et les conséquences peuvent être destructrices pour elle et son environnement… particulièrement dans les affaires familiales. Par exemple, comme quand les membres d’une famille sont poussées à témoigner contre le « mauvais père » ou la « mauvaise mère » pour faire récupérer la garde des enfants à l’autre parent.

Le système judiciaire ne traite pas les émotions et des blessures d’un conflit, la médiation oui.

Souvent un accord peut intervenir grâce à la médiation. Or cet accord serait inimaginable en droit ! Voici l’exemple d’un salarié licencié par son patron restaurateur car son épouse venait d’ouvrir un restaurant dans la même rue que lui. La cause de ce licenciement pour cause réelle et sérieuse était le détournement de clientèle. Certes, le salarié n’était pas responsable des agissements de son épouse ; et pour autant, l’ouverture du local de cette dernière mettait sérieusement les affaires de son patron en difficulté. Grâce à la médiation, un accord, juridiquement impossible, a été trouvé : le salarié a accepté de racheter le fonds de commerce de son patron !

Voilà ce que permet une médiation : une inimaginable discussion vers une inimaginable solution.

Définition du médiateur : tous les médiateurs ne sont pas des médiateurs « judiciaires »

Pourtant, il n’est pas nécessaire que le conflit ait des dimensions juridiques pour être traité par un médiateur. Des quantités de situations peuvent être solutionnées grâce à l’intermédiaire du médiateur. Il n’est pas toujours nommé par le tribunal. Il n’est pas toujours un médiateur judiciaire. Les parties peuvent décider d’y avoir recours sans faire appel à un avocat ou un juge. En cas d’échec, elles pourront toujours de toute façon se tourner vers la justice.

Reprenons le couple cité plus haut. Il se dispute sans cesse. Il ne connaît que ce mode de relation. Le médiateur peut les aider à changer cette relation, sans demander l’intervention de la justice.

Le médiateur aide à trouver une solution satisfaisante

Grâce au processus très structuré, ses entretiens individuels et la réunion de médiation, le médiateur professionnel rétablit le dialogue entre les parties. Dans un procès, c’est le juge qui tranche et qui décide du perdant comme du gagnant. La justice est aléatoire.

En médiation, ce sont les parti qui choisiront une de ces trois solutions : la rupture consensuelle de leur relation (après s’être exprimées, écoutées, après avoir reconnu les souffrances réciproques de l’autre, ses émotions), les personnes se sépareront – mais apaisées -. Elles décident par exemple le divorce si elles étaient mariées, l’employeur et le salarié choisissent de se séparer par une rupture conventionnelle, etc.

Une autre issue est de rester en relation, mais différemment et choisir d’aménager leurs rapports. Par exemple, on se voit encore pour organiser la garde des enfants, on travaille ensemble mais le salarié sort de l’open space dans lequel les relations étaient tendues avec son collègue, etc. On est encore en relation mais on respecte des règles et un cadre de communication non agressifs.

La dernière solution est la reprise de la relation comme elle était avant la situation conflictuelle, apurée du lot d’émotions non reconnues. Ce sont ces émotions qui occupaient toute la place…

On s’en est libéré et on peut rétablir une relation apaisée, où chacun se sent reconnu par l’autre dans ses besoins.

Combien de temps dure une médiation ?

Tous les médiateurs n’ont pas été formés à la même école ni suivent le même processus.

Une médiation, dans sa définition même, devrait être brève. Il « faut battre le fer quand il est chaud ». Le médiateur professionnel travaille en deux journées, idéalement consécutives. Une matinée pour recevoir une des parties en conflit, une autre demi-journée pour recevoir l’autre et, dans l’idéal, il mène la réunion le lendemain. Les personnes repartent avec une solution satisfaisante pour toutes les deux.

Vous avez besoin de médiation ? Optez pour les services d’un médiateur professionnel à Lyon et Saint-Étienne pour résoudre plus rapidement votre source de conflit. 

Laure Jeannin

Coach, médiatrice professionnelle et formatrice à Saint Etienne, j’accompagne les particuliers, TPE et PME à réaliser ce qui les inspire. Experte de la qualité relationnelle, je permets de résoudre tout type de conflit, en évitant une procédure judiciaire. Spécialisée dans les profils psychologiques (Ennéagramme), je propose aussi des outils et formations pour mieux se connaître, améliorer sa posture professionnelle et réaliser ses objectifs (personnels et professionnels).

Leave a Reply