Skip to main content
Coaching

Comment renforcer la confiance en soi ?

By 15 novembre 2021novembre 26th, 2021No Comments

Comment avoir confiance en soi ? Renforcer l’estime de soi ? Au travail ? Dans sa vie personnelle ? Ai-je besoin d’un coach professionnel ? On parle beaucoup de « confiance en soi », surtout dans cette période de crise.

Avoir de l’assurance, cela se construit. Le sentiment d’échec peut l’ébranler. De plus, on ne décrète pas un jour : « ça y’est, j’y suis, c’est bon ! J’ai confiance en moi ! ». Je vais vous montrer comment elle se muscle, se précise, s’enrichit.

Dans cet article, je vous propose de comprendre les différents types de confiance. Je vous partage aussi quelques techniques pour vous aider…

Précisons avant tout le sens des mots.

Confiance en soi : définition

La définition de la confiance en soi est, d’après le dictionnaire le ROBERT, l’espérance ferme, l’assurance d’une personne qui se fie à elle-même.

De nombreux sites web proposent d’améliorer la confiance en soi, ou l’estime de soi ou donnent des « astuces et conseils pour développer sa confiance ».

Ce que mes clients m’apprennent : au travail par exemple, c’est ressentir qu’on détient des compétences pour faire face à ce contexte ; ces capacités ont été acquises grâce à nos connaissances et nos expériences. Prenons un exemple : mon manager me demande de lui rendre un rapport sur un sujet que je maîtrise complètement. Je sais avoir les compétences et je ressens cette assurance.

La confiance en soi, c’est, plus largement, être capable d’agir pour soi. Etre en capacité de faire ce qui est important pour soi, avoir le courage de passer à l’action – en dépassant sa peur – pour atteindre ses objectifs.

Ce n’est pas qu’une question de croyances.

L’éducation reçue et / ou les circonstances de la vie ont rendu cette assurance plus forte ou plus fragile chez certains. L’environnement extérieur, les obstacles rencontrés, une séparation amoureuse, la perte d’un emploi, la crise sanitaire actuelle, un certain nombre de nouvelles anxiogènes peuvent altérer une confiance en soi déjà limitée.

L’accompagnement d’un coach professionnel pour booster sa confiance peut être alors, très utile.

Comment renforcer la confiance en soiComment développer sa confiance en soi

Dernièrement, une de mes clientes, orthophoniste libérale depuis des années, se sentait en situation d’échec. Elle souhaitait changer la façon de pratiquer son métier. Sa pratique ne la motivait plus et elle avait perdu son énergie. Or, après une séance de coaching, elle a pris conscience de toutes les capacités et ressources qu’elle avait en elle pour oser créer une toute nouvelle façon d’exercer son activité : elle était d’ailleurs formée à des quantités d’outils très créatifs et innovants. Elle avait même déjà réfléchi à l’endroit où installer son nouveau cabinet. Elle pressentait déjà des partenariats. Mais elle manquait totalement d’estime d’elle-même : d’ailleurs depuis des années, elle sous-évaluait son travail (ses honoraires étaient étonnement bas). Elle voulait changer quelque chose dans sa vie. Mais elle était envahie par des sentiments contradictoires. Elle savait qu’elle avait les compétences, mais ses croyances limitantes l’empêchaient de se lancer.

Et c’était un cercle vicieux. Elle avait perdu toute croyance en ses capacités, vivait douloureusement la situation. Elle n’osait pas sortir de sa zone de confort.

Elle n’avait pas pris conscience de l’importance – pour elle et pour son entourage – du changement radical dont elle avait besoin. Autrement dit, elle n’avait pas touché du doigt tout ce que la confiance pourrait lui permettre si elle osait. Au moins regarder ses besoins en face et renouer avec son élan de vie.

Beaucoup de gens me disent qu’ils veulent développer leur confiance en soi : les manager, les créateurs d’entreprise, les étudiants, les hommes politiques que j’accompagne. En fait, le plus souvent, ils sont incapables de préciser, concrètement, ce dont ils ont besoin. Ils n’ont pas pris conscience de qui ils aimeraient être, de ce qu’ils aimeraient pouvoir vivre ou entreprendre s’ils avaient davantage d’assurance.

La question essentielle d’un coach en développement personnel pour booster la confiance en soi

Dans une première approche du coaching professionnel et du développement personnel, on clarifie avec le client, où il en en est : quelle est sa situation aujourd’hui (on l’appelle « l’état présent » en programmation neuro-linguistique) et ce qu’il souhaite à l’avenir (nommé « l’état désiré » en programmation neuro-linguistique). Tout ceci lui permet se fixer des objectifs. Chaque personne étant différente et ayant une demande et des besoins et différents.

Posez-vous cette première question : « et si j’avais, disons, 5 % de confiance en plus, qu’est-ce que cela changerait pour moi ? Pour mon entourage ? Qu’est-ce que cela me permettrait de faire ? »

Imaginez-vous et dites-vous à vous-même : « dans un 1 an (dans 6 mois, 3 mois), si j’avais 5 % de confiance en plus… comment est-ce que je me sentirais ? »

« Que serais-je capable de faire ? »

Faites l’exercice ainsi : prenez une grande inspiration, une grande expiration… en ressentant bien l’air circuler dans vos poumons et même dans tout votre corps (ancrez-vous). Redressez-vous… fermez les yeux doucement et visualisez-vous dans 1 an, 6 ans : en formulant à voix haute « si j’avais plus confiance en moi, je ferais…, je serais… ». 

Cette technique de développement personnel, inspirée de la programmation neuro-linguistique, est renforcera votre confiance.

C’est donc une des premières questions que je pose à mes clients et que je vous pose aujourd’hui. Puisqu’il ne suffit pas de vous dire « allez, chiche ! Je vais aujourd’hui avoir plus confiance en moi » – ça ne marche pas ! Et oui, vous lever le matin en vous disant : « je vais plus croire en moi aujourd’hui » ne suffit pas.

CONTACTEZ-MOI

Etre honnête avec soi-même : reconnaître sa peur

Vaincre sa peur : renforcer la confiance en soi. Image d'une personne qui saute dans la mer

Nous connaissons tous la peur. Il est normal et parfois même utile de la ressentir.

Certains types de personnalité la connaissent bien. L’Ennéagramme parle de la « passion » de peur – au sens d’émotion subie très souvent par un type de personnalité.

Je vous explique ce qu’est l’Ennéagramme dans cet article : comment définir l’ennéagramme ? Le type 6 en Ennéagramme est souvent envahi par elle, sous toutes ses formes : la crainte, la peur, l’angoisse, la panique, le stress, l’inquiétude. Elle peut prendre aussi la forme extérieure de la colère… mais ce serait le sujet d’un autre article.

Comme toute émotion, elle est le résultat d’une perception : un souvenir rappelé par les circonstances (par exemple votre boss vous parle comme vous parlait votre père que vous craigniez). Ou bien : la sensation d’être en insécurité dans un contexte précis (par exemple vous avez la sensation qu’on vous juge au travail et que vous n’êtes « pas à la hauteur »).

Bonne nouvelle : cette sensation est un précieux allié !

Une des premières actions à mettre en place est de l’écouter. 

Parce qu’elle vous indique que quelque chose ne vous convient pas. Prenons un exemple : votre projet de création d’entreprise. Peut-être que vous n’avez pas envisagé tous ses aspects ou tous ses risques. Peut-être qu’il est, par exemple, prématuré aujourd’hui. Vous mettre à l’écoute de vos ressentis, de votre intuition, peut être très utile pour agir sur la situation que vous vivez ou pour réajuster votre action.

Dans les médiations que je conduis (médiateur de justice et médiateur conventionnel), une des principales émotions ressenties par les parties en conflit est la peur. Elle mine la confiance des personnes. Elle est à l’origine d’une grande perte d’estime d’eux-mêmes et d’un sentiment d’échec.

Le rôle alors, du coach professionnel, comme du médiateur est de restaurer cette confiance.

Autorisez-vous à échouer

On a parfois la croyance limitante suivante : si on se « laisse aller » à exprimer ses sentiments, on sera envahi par eux.

Je vous invite au contraire à vous autoriser à reconnaître vos émotions, à les nommer, quand elles sont là, à les ressentir. Puisque…, comme vous le savez, « tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime ».

Au contraire, refouler, éviter d’accepter ce qui vous touche provoquera l’effet inverse. Comme cela a besoin d’exister, un moment ou à un autre, cela vous éclatera à la figure. Autant se poser, respirer et faire un peu de place à vos ressentis. Ceci améliorera considérablement l’estime de vous.

Au fond, vous savez bien que « l’échec est le fondement de la réussite » (Lao Tseu), qu’il n’y a « pas d’échec, mais que des apprentissages ». Vous avez lu ou déjà entendu que le succès « c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme » (Winston Churchill).

Osez tester et vous lancer ! Certaines personnes évitent les échecs car elles ont peur d’échouer. En Ennéagramme, le type 3 tâche d’éviter à tout prix les échecs et peut avoir même tendance à se cantonner à des objectifs réalistes et réalisables. Finalement, il maintient une fausse assurance et alimente son ego.

Plus vous échouerez, plus vous réussirez. Ceux qui évitent les échecs évitent aussi les réussites.

Osez, essayez et autorisez-vous à échouer.

Second conseil : tous les jours, et dans toutes les situations que vous vivez, prenez l’habitude de vous demander, après une action ou une tâche que vous vous étiez fixée, de vous poser honnêtement à vous-même les deux questions : « qu’est-ce que j’ai bien fait ? » « Que puis-je améliorer la prochaine fois ? »

Plusieurs types de confiance en soi

Il existe au moins deux types de confiance en soi, que ce soit dans sa vie personnelle ou au travail.

Le premier degré est celui acquis par la préparation et la répétition. Un coach peut vous entraîner ou vous soutenir dans vos exercices. Par exemple, vous répétez et répétez x fois votre entretien d’embauche, votre texte de théâtre, ou, en tant que sportif votre geste comme le fait un athlète.

Rappelez-vous le tennisman qui échoue à ses essais des milliers de fois avant de réussir !

Vous évitez l’échec grâce à la maîtrise de la situation.

La seule limite à ce sentiment de sécurité : quand le contexte change, quand la situation vécue n’est finalement pas celle qui était préparée, la confiance peut être réduite à néant en quelques secondes. Par exemple, l’entretien d’embauche ne se déroule pas du tout comme prévu, le jour de la représentation théâtrale, vous êtes très malade, etc.

Le coaching permet d’atteindre le second degré de confiance : il permet de garder l’estime de soi, même dans des situations non prévues. Le client est alors certain d’avoir toutes les capacités pour réussir, car même dans les situations imprévues et incertaines, le client sait garder la certitude qu’il va réussir. Il saura s’adapter et rebondir.

Pour conclure, la confiance en soi peut se booster : en comprenant pourquoi on en manque en ce moment, en apprenant à s’arrêter pour faire de la place à nos ressentis. N’hésitez pas à vous faire aider.

Laure Jeannin

Coach, médiatrice professionnelle et formatrice à Saint Etienne, j’accompagne les particuliers, TPE et PME à réaliser ce qui les inspire. Experte de la qualité relationnelle, je permets de résoudre tout type de conflit, en évitant une procédure judiciaire. Spécialisée dans les profils psychologiques (Ennéagramme), je propose aussi des outils et formations pour mieux se connaître, améliorer sa posture professionnelle et réaliser ses objectifs (personnels et professionnels).

Leave a Reply

cinq × trois =